Découvrez L'Art De L'Édition
Appareils Photo

La caméra se filme en train de se lancer d’une centrifugeuse à 1 000 mph

La caméra se filme en train de se lancer d'une centrifugeuse à 1 000 mph

Cela s’appelle SpinLaunch, et c’est une nouvelle approche pour lancer de petites charges utiles en orbite. L’idée d’un système de lancement cinétique se traduit par la rotation d’une charge utile dans une centrifugeuse à plus de 1 000 milles à l’heure, puis sa libération pour son voyage vers les étoiles.

Le concept ne nécessite aucun carburant à bord, il n’y a donc aucun risque d’explosion, et comme il est entièrement électrique, il offre une solution durable qui ne pollue pas l’environnement.

« Le système de lancement orbital SpinLaunch est une façon fondamentalement nouvelle d’atteindre l’espace », déclare le site Web de l’entreprise. « L’augmentation de vitesse fournie par l’entraînement électrique de l’accélérateur se traduit par une réduction de 4x du carburant nécessaire pour atteindre l’orbite, une réduction de 10x des coûts et la possibilité de lancer plusieurs fois par jour. »

Le test était le huitième test majeur de la centrifugeuse, qui est officiellement appelée « l’accélérateur de masse suborbital », et le projectile de dix pieds de long qui avait cette fois une « charge utile optique » (caméra) à bord pour capturer le lancement depuis le point de vue du projectile.

La vidéo montre le projectile tournant violemment alors qu’il éclate de l’accélérateur de masse à une altitude d’essai maximale de 25 000 pieds (7 620 mètres). Par conséquent, l’image vidéo induit un peu de malaise de la part du public, mais il s’avère que c’est voulu.

Les ailettes inclinées sur le projectile induisent une vitesse de rotation rapide afin de stabiliser le projectile lors du lancement, afin de l’empêcher de culbuter pendant son ascension de 82 secondes. Le résultat est « comme une balle qui sort d’une arme à feu », explique David Wrenn, vice-président de la technologie chez SpinLaunch.

SpinLaunch

Version plus grande pour lancer des charges utiles en orbite

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que l’accélérateur de masse suborbital SpinLaunch est un modèle réduit d’un tiers pour les tests, et jusqu’à présent, il n’a tiré des projectiles qu’à une fraction de la vitesse qu’il est capable d’atteindre. La société prévoit de construire une version plus grande de l’accélérateur, qui est capable de lancer une charge utile de plus de 440 livres (200 kg) et à des vitesses de plus de 5 000 milles à l’heure, une vitesse suffisante pour atteindre l’orbite terrestre basse.

Et bien que le test ait été considéré comme un énorme succès, la véritable étape importante était que la caméra elle-même survive aux forces G intenses qui s’accumulent en amenant l’accélérateur de masse à sa vitesse de 1 000 milles. Cela signifie que SpinLaunch continuera à être en mesure de documenter les lancements à bord des charges utiles, à mesure qu’elles deviennent plus grandes et plus lourdes, et de le faire sans détruire les caméras elles-mêmes.

La capacité de survie des caméras, qui deviendront bientôt plus avancées et plus lourdes, indique également que les instruments scientifiques délicats destinés à l’orbite terrestre basse seront également capables de résister au stress du lancement sans se casser.

Le projectile de charge utile SpinLaunch
SpinLaunch

De retour en avril, La NASA et SpinLaunch ont signé un accord pour la NASA de faire voler une charge utile avec l’accélérateur de masse de la société pour tester ses caractéristiques de lancement, l’objectif étant d’évaluer le système pour de futures opportunités potentielles de lancement commercial.

SpinLaunch prévoit de continuer à repousser les limites d’un système de lancement par centrifugeuse, en adoptant une approche par étapes de charges utiles plus importantes et de vitesses plus élevées, avec deux lancements par mois. Et les caméras seront à bord pour documenter chaque seconde.

Les premiers lancements clients sont prévus pour 2025.


Crédits image : Photo d’en-tête par SpinLaunch