Découvrez L'Art De L'Édition
Google

Google poursuivi pour avoir utilisé les données du NHS de 1,6 million de Britanniques « à leur insu ou sans leur consentement » | Actualités scientifiques et techniques

Google office

Google est poursuivi pour avoir utilisé des dossiers médicaux confidentiels appartenant à 1,6 million de personnes au Royaume-Uni.

La branche d’intelligence artificielle de la société, DeepMind, a reçu les données en 2015 du Royal Free NHS Trust à Londres dans le but de tester une application pour smartphone appelée Streams.

La plainte est déposée par Andrew Prismall dans le cadre d’une action représentative devant la Haute Cour. Il allègue que Google et DeepMind « a obtenu et utilisé un nombre substantiel de dossiers médicaux confidentiels à l’insu des patients ou sans leur consentement ».

Pourquoi Google a-t-il eu accès aux dossiers des patients ?

Google a reçu des données appartenant à 1,6 million de patients, dont certains avaient simplement assisté à A&E au cours des cinq dernières années, afin de tester une application pour smartphone capable de détecter des lésions rénales aiguës.

L’application pour smartphone – qui est conçue pour traiter les 25% de décès évitables dus à des lésions rénales aiguës si elles étaient détectées suffisamment tôt – a ensuite été utilisée par le Royal Free NHS Trust à prix réduit.

Sky News avait précédemment révélé que Royal Free partageait les données des patients sur une « base juridique inappropriée » selon une lettre divulguée du plus haut conseiller à la protection des données du NHS.

L’accord a ensuite été jugé illégal par le chien de garde de la vie privée du Royaume-Uni qui a décidé de ne pas infliger d’amende à Royal Free, expliquant qu’il y avait un manque de directives pour le secteur.

Au moment de l’annonce du Bureau du commissaire à l’information, DeepMind a souligné que ses « conclusions concernent le Royal Free, [but] nous devons aussi réfléchir à nos propres actions ».

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible


3:01

À partir de 2017 : Sky News a vu des preuves qu’une fiducie du NHS pourrait avoir compromis les données des patients en s’associant à Google

Quel impact l’affaire de la Haute Cour aura-t-elle?

L’action représentative intervient alors que le gouvernement britannique cherche des moyens pour le secteur privé d’utiliser les données du NHS pour améliorer mutuellement les soins aux patients et le secteur de l’IA en pleine croissance dans le pays.

M. Prismall a déclaré: « J’espère que cette affaire pourra aboutir à une issue équitable et à une clôture pour les nombreux patients dont les dossiers confidentiels ont été – à l’insu des patients – obtenus et utilisés par ces grandes entreprises technologiques. »

Ben Lasserson, associé chez Mishcon de Reya, le cabinet d’avocats représentant M. Prismall, a déclaré que la réclamation était « particulièrement importante ».

« Il devrait fournir des éclaircissements indispensables sur les paramètres appropriés dans lesquels les entreprises technologiques peuvent être autorisées à accéder et à utiliser des informations de santé privées », a-t-il ajouté.

Un porte-parole de Google n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Sky News.

Le Royal Free NHS Trust n’est pas partie à la réclamation.

L’action est financée par Litigation Capital Management Limited, une société de gestion d’actifs qui se concentre sur le financement des actions en justice.

L’année dernière, la Cour suprême bloqué une action en justice similaire contre Google plus prétend qu’il a secrètement suivi l’activité de navigation Web de millions d’utilisateurs d’iPhone tout en leur disant que ce n’était pas le cas.

Cette demande a échoué parce que le demandeur n’a pas pu prouver que le groupe qu’il représentait « a subi des dommages matériels ou une détresse ».

L’affirmation de M. Prismall, selon laquelle l’utilisation par Google des dossiers médicaux confidentiels des patients était illégale du fait que les patients n’en ont été ni informés ni interrogés, posera un défi différent à l’entreprise.