Découvrez L'Art De L'Édition
Google

Google avertit que le projet de loi sur les nouvelles en ligne du Canada pourrait forcer les subventions sur les points de vente biaisés – National

Google avertit que le projet de loi sur les nouvelles en ligne du Canada pourrait forcer les subventions sur les points de vente biaisés – National

Google avertit que le projet de loi sur les nouvelles en ligne du gouvernement fédéral pourrait l’obliger à subventionner des sources d’information ne faisant pas autorité ou biaisées, telles que l’agence de presse russe Spoutnik, parrainée par l’État.

Mais l’organisation représentant l’industrie canadienne des médias d’information affirme que le libellé du projet de loi est strict et exclut spécifiquement les médias qui promeuvent les intérêts d’une organisation.

Google soutient que la définition du projet de loi d’une source d’information éligible est si large que les médias non professionnels comptant deux journalistes ou plus au Canada, y compris ceux financés par des États étrangers, pourraient être éligibles au paiement des géants de la technologie.

Lire la suite:

Facebook et Twitter défendent le traitement des contenus haineux alors que les extrémistes tentent de « jouer le système »

Le projet de loi sur les nouvelles en ligne, inspiré d’une loi similaire en Australie, est conçu pour soutenir l’industrie canadienne de l’information et lutter contre la diffusion de nouvelles provenant de sources biaisées ou non fiables.

L’histoire continue sous la publicité

Le projet de loi, connu sous le nom de C-18 au Parlement, obligerait les géants de la technologie tels que Google et Meta à payer pour la réutilisation des informations produites par les organes de presse canadiens.

La législation proposée empêcherait également les géants de la technologie de pénaliser ou de privilégier les organes de presse avec lesquels ils ont conclu des accords.

Mais Google dit que cela pourrait affecter la façon dont il classe les actualités sur son moteur de recherche et modère le contenu.


Cliquez pour lire la vidéo : « Comment le projet de loi C-11 pourrait changer les services de diffusion en continu au Canada »







Comment le projet de loi C-11 pourrait changer les services de diffusion en continu au Canada


Comment le projet de loi C-11 pourrait changer les services de diffusion en continu au Canada – 11 mars 2022

Après le début de la guerre en Ukraine, elle a commencé à limiter la visibilité de l’organisation médiatique russe contrôlée par l’État RT, y compris sur l’outil de recherche Google News.

Lauren Skelly, porte-parole de Google, a déclaré que le moteur de recherche pourrait faire face à « l’imposition d’amendes massives pour avoir présenté le contenu le plus utile et le plus fiable aux Canadiens et avoir appliqué nos propres politiques ».

L’histoire continue sous la publicité

Lire la suite:

Les autorités fédérales obligent les géants de la technologie comme Facebook et Google à payer pour les informations avec une nouvelle facture

Skelly a déclaré que le géant de la technologie soutenait l’objectif central du projet de loi, mais craignait que la législation, telle qu’elle était rédigée, n’ait des conséquences imprévues, notamment en lui faisant payer des entreprises d’information qui ne respectent pas les normes journalistiques.

Cela pourrait potentiellement inclure deux personnes qui ont créé une organisation de presse numérique à partir de leur sous-sol, des groupes de presse parrainés par un État étranger avec un bureau au Canada ou des organes de presse avec un parti pris d’extrême gauche ou d’extrême droite.

« Nous devons croire que ce n’est pas un résultat prévu par les décideurs et espérer travailler avec eux pour répondre à ces préoccupations », a déclaré Skelly.

« La législation telle qu’elle est rédigée utilise une définition extrêmement large des entreprises d’information éligibles et des dispositions de « préférence indue » qui, lorsqu’elles sont mises en pratique, pourraient entraîner un paiement obligatoire pour un contenu qui ne répond pas aux normes journalistiques de base. »


Cliquez pour lire la vidéo :







Le Canada annonce une approche à multiples facettes pour lutter contre les discours haineux et les crimes en ligne avec le projet de loi C-36


Le Canada annonce une approche à multiples facettes pour lutter contre les discours haineux et les crimes en ligne avec le projet de loi C-36 – 23 juin 2021

Mais le président de News Media Canada, qui représente l’industrie des médias d’information du pays, a déclaré que le projet de loi était rédigé avec soin.

L’histoire continue sous la publicité

« Il s’agit d’une très bonne législation qui exclut spécifiquement les médias qui promeuvent les intérêts d’une organisation par opposition à la production de contenus originaux d’actualité d’intérêt général », a déclaré Paul Deegan.

«Le projet de loi permettra à de nombreux petits éditeurs de se réunir et de négocier des accords de licence de contenu avec de grandes entreprises technologiques. Nous exhortons les parlementaires de tous les partis à travailler ensemble et à adopter cette législation dont nous avons un besoin urgent avant les vacances d’été.

Lire la suite:

Le côté obscur des médias sociaux : ce que le Canada fait — et ne fait pas — à ce sujet

Patrimoine canadien a déclaré dans un communiqué que « ce n’est pas le rôle du gouvernement de décider ce qui est et ce qui n’est pas des nouvelles en ligne ».

« Il existe un ensemble de critères objectifs, éloignés de la prise de décision politique, pour déterminer les organes de presse éligibles. Une presse libre et indépendante est essentielle à la démocratie », a-t-il déclaré.

Lorsqu’il a annoncé le projet de loi C-18, le gouvernement fédéral a déclaré que la législation garantirait aux Canadiens l’accès à des informations factuelles de qualité à une époque de désinformation croissante et de méfiance du public.

L’organisme de réglementation de la radiodiffusion, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, se verra confier la tâche de désigner ce qui est qualifié d’organisme de presse.

Selon le projet de loi, pour être admissible, un groupe de presse devrait être désigné comme une organisation journalistique canadienne en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu ou produire du contenu de nouvelles principalement sur des questions d’intérêt général, et exploiter et employer deux journalistes ou plus au Canada.

L’histoire continue sous la publicité

© 2022 La Presse Canadienne